16 janvier 2017

Les orgues Riepp d’Ottobeuren : 250 ans en 2016


 
Le 29 septembre 1766 était une grande fête à Ottobeuren : on inaugurait à la fois la basilique, œuvre grandiose de Johann-Michael Fischer, et les deux orgues de chœur de Riepp.

 
Ces deux instruments restent un des témoignages importants de l’œuvre du facteur. En effet au cours du temps, à cause de la Révolution française, de la sécularisation des cloîtres en Allemagne, et même avant, à cause de l’évolution du goût musical, comme à Dijon où le grand orgue de Saint-Bénigne a été profondément transformé par Richard dès 1788, les orgues de Riepp ont peu à peu disparu, détruits ou profondément transformés.
C’est dire l’importance des deux orgues d’Ottobeuren qui ont miraculeusement traversé 250 ans d’histoire sans transformation majeure (bien qu’ils aient été déjà mis au ton « moderne » par le successeur de Riepp Johann Nepomuk Holzhey ). De plus, après la disparition des orgues de Salem ils sont le seul exemple existant de la synthèse réussie par Riepp de l’orgue français avec l’orgue d’Allemagne du sud.
Il faut rendre hommage à Joseph Miltschitsky d’avoir organisé la célébration de cet anniversaire les 29 et 30 septembre dernier. Titulaire des orgues de la basilique, il leur a consacré une étude monumentale où on trouve enfin tous les détails de l’histoire de ces instruments depuis leur construction jusqu’à aujourd’hui :
Ottobeuren – ein europäisches Orgelzentrum
Orgelbauer, Orgeln und überlieferte Orgelmusik
Wissenschaftliche Beiträge aus dem Tectum Verlag: Musikwissenschaft | Band 8
ISBN 978-3-8288-3524-5
Tectum Verlag 2015
 
Un temps fort de cette célébration a été, le 29 septembre, la porte ouverte permettant de visiter en détails et d’entendre les deux instruments et aussi de circuler librement dans l’espace grandiose du chœur de la basilique, et aussi, le soir, en nocturne un concert (trop court !) de musique pour deux orgues de B.A. Pfeyll (Sonata in G) et B. Terreni (Sonata in D) interprété par Susanne Jutz-Miltschitzky. Josef Miltschitzky aux deux orgues Riepp.
Quelle émotion d’entendre ces instruments et aussi de retrouver l’univers baroque de la basilique…
Renversant !...
 
Le lendemain : Symposium, avec quelques communications (en allemand bien sûr)


 
Josef Miltschitzky :
Histoire de la construction et des restaurations des deux orgues de Riepp
Les projets de Riepp pour le 3e et un 4e orgue à Ottobeuren.
Markus Zimmermann :
Les appréciations de Jean-André Silbermann sur les facteurs d’orgues de son temps
Pierre-Marie Guéritey :
Riepp et les orgues sans tuyaux apparents (Paris, Saint Sulpice, Ottobeuren, Salem)
Le projet de Riepp et Feuchtmayer pour un orgue monumental sans tuyaux
apparents sur la tribune nord de la Basilique
(image complétée par symétrie)
Une version française de cette étude a été publiée ici-même : Charles-Joseph Riepp et les orgues sans tuyaux apparents (Pierre Marie Guéritey septembre 2014)      (merci Karin pour l'aide à la traduction allemande )
 
La présence de nombreux habitants d’Ottobeuren et des environs aux visites des orgues et aux petits concerts montre l’intérêt de ceux-ci pour ce patrimoine dont l’accès est aujourd’hui limité.
Enfin une découverte qui à elle seule valait le déplacement: la découverte des œuvres de Balthasar Riepp, cousin de Karl Joseph et peintre de talent, magistralement présentées par Josef Mair, auteur de :
Der Maler Balthasar Riepp, (1703-1764)
(Museum Verein des Bezirkes, Ehenberger-Verlag, Reutte 2003).
Le plafond de la chapelle  du cimetière d’Ottobeuren se trouve une belle fresque de  Balthasar Riepp représentant l’Assomption.de la Vierge Marie:
 
 
La signature de Balthasar Riepp
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire